Restauration et réhabilitation d’un ancien moulin en espace culturel

lundi 22 septembre 2014, par Nadine

Share |

Localisé dans la commune de Sambreville, l’ancien « Moulin des Golettes », dont la construction remonte au 18e siècle, avait été laissé à l’abandon pendant plusieurs années, bien qu’il soit classé comme monument historique. Un premier projet de rénovation avait été déposé en 1991. Il était alors question de réaliser une restauration à l’identique avec un chapeau et les ailes du moulin. La difficulté de financer une telle entreprise a fini par avoir raison de cette démarche.

JPEG - 102 ko

En 1998, un nouveau concept a alors été proposé : la création d’un belvédère, avec une architecture à la fois plus contemporaine et respectueuse de la construction d’origine. “Il fallait surtout réhabiliter le site et en favoriser l’accès au public”, explique Xavier Falmagne du bureau BSolutions architectes SPRL. “Avec cette proposition de point de vue remarquable, nous avons finalement amélioré le concept tout en suivant la restriction budgétaire imposée.”

L’envie est toutefois de maintenir l’identité du lieu. Il doit rester reconnaissable malgré le changement d’utilisation. Les porteurs de projet décident ainsi d’intervenir le moins possible sur l’existant tout en restaurant les parties en état de délabrement avancé. “Il était temps de commencer le chantier. Si nous avions attendu, le site serait rapidement devenu dangereux.”

Pour l’extérieur, certains murs doivent être reconstruits. Une recherche pour retrouver des matériaux d’époque identiques à ceux utilisés est alors lancée. “Nous avons pu récupérer des briques similaires. La difficulté a été, par contre, de réaliser du mortier à partir de la chaux. Nous devions utiliser la même composition pour que d’une part, l’aspect ne soit pas dénaturé et d’autre part, qu’il continue à résister aux intempéries.” Il est vrai que ce mortier à la chaux a comme caractéristique de se régénérer, une faculté plutôt intéressante pour un moulin exposé très régulièrement à la pluie et au vent.

Utilisation encore de la chaux au sein du monument. Les murs intérieurs ont été badigeonnés de lait de chaux afin d’être unifiés. “Les maçonne- ries étaient en très mauvais état. Leur restauration n’aurait pas suffi à rendre un aspect uniforme de l’ensemble.” C’est ainsi que, pour mener au point de vue situé au niveau le plus élevé du belvédère, une structure métallique autoportante avec un minimum de contact au niveau des murs a été installée, reprenant à la fois les escaliers et les planchers. Par ailleurs, l’idée était d’insuffler aux visiteurs le sentiment d’être encore dans un moulin. “L’escalier est de type industriel avec des coursives, il apparaît au centre du bâtiment un peu comme une machine”, raconte encore Xavier Falmagne. “Nous souhaitions suggérer les rouages et les engrenages qui étaient en place alors que le monument était encore un moulin.”

La particularité du chantier a résidé dans la res- tauration de la toiture du Moulin des Golettes. Couverte de cuivre traité, sa volumétrie a été directement inspirée et liée à la forme initiale de l’édifice classé. Par ailleurs, la toiture devait également faire office d’abri pour des volatiles. “Nous avons donc conçu des petites habitations pour les chauves-souris d’un côté et la baie vitrée pour le panorama de l’autre.” Et Xavier Falmagne de préciser encore que le plan des nichoirs pour chauve-souris devait faire l’objet d’une validation. La toiture a été reconstruite à même le sol avant d’être placée avec une grue au-dessus de l’en- semble. “Le travail au sol était avantageux à plus d’un titre. D’un point de vue du contrôle, tout d’abord. Nous avions un suivi beaucoup plus précis de cette façon. Ensuite au niveau de la sé- curité.” Il faut préciser que le bureau BSolutions rassemble justement les compétences d’architec- ture, d’ingénierie et de sécurité, le chantier fut résolument un terrain sur lequel toutes leurs expé- riences dans ces domaines auront été valorisées. Au sommet de l’édifice, une petite salle a été ins- tallée. “Elle n’est pas isolée et reste confidentielle, mais elle peut accueillir l’association en charge de la valorisation du patrimoine de ce site pour ses réunions estivales.”

À noter encore, pour l’ensemble de la rénovation, les matériaux respectueux de l’environnement ont été privilégiés. Par exemple, c’est du mélèze qui a été choisi pour la charpente, un bois local qui ne nécessite pas de traitement fongicide.

L’objectif de ce chantier était double. Tout d’abord, il fallait viabiliser le site et maintenir le bâtiment existant. Opération réussie puisque l’an- cien Moulin des Golettes devrait garder sa nouvelle prestance pendant de longues années encore. Ensuite, rendre une fonction et un sens à cet ancien édifice. En le transformant en belvédère et en favorisant l’accès au public, le bâtiment a retrouvé son attrait et peut désormais se targuer d’être considéré comme un lieu didactique.

Documents joints