Le projet RE-Emploi en quelques mots

jeudi 26 août 2010

Share |

RE-Emploi : Concilier rénovation respectueuse du patrimoine bâti et les enjeux énergétiques,environnementaux et de santé : un défi à relever ensemble

Le contexte : valorisation du patrimoine et urgence énergétique pour la rénovation durable de l’habitat

En Europe, le secteur du bâtiment à lui seul est responsable de 40 % des consommations d’énergie et de plus de 20 % des émissions de gaz à effet de serre. À ce titre, il constitue l’une des principales priorités d’action pour lutter contre les bouleversements environnementaux, maîtriser la facture énergétique et contenir le dérèglement climatique pour que demain tempêtes, inondations, épuisement des ressources naturelles… ne fassent pas partie de notre quotidien.

La mise aux normes énergétiques et environnementales du parc de logements existant est, par conséquent, un levier majeur dans la mise en place d’une politique de développement territorial durable. Que cela soit le Grenelle de l’Environnement en France ou la Déclaration de Politique Régionale du Gouvernement wallon, les discours s’accordent sur l’importance de l’enjeu et la convergence vers un lien fort entre l’amélioration énergétique de l’habitat et la stimulation de l’emploi.

Pour autant, concilier les impératifs d’une rénovation respectueuse de la valeur patrimoniale d’un bâtiment et les nouveaux enjeux énergétiques et environnementaux reste un défi.

Le projet RE-Emploi vise à aider les citoyens à s’y retrouver parmi les réglementations, les matériaux, les techniques, à sensibiliser et informer les professionnels. Il souhaite aussi, au travers de l’exemple, montrer qu’il est possible de rénover durablement son logement aujourd’hui.

La démarche : un projet aux multiples actions intégrant diagnostics, accompagnement des citoyens, des administrations, mise en réseau d’entreprises et formations.

Le projet RE-Emploi propose une approche intégrée de la rénovation durable :

  • en agissant sur les leviers d’action-clés :
    la demande (le rénovateur) – l’offre (les professionnels) – la compétence (la formation).
  • en prenant en compte l’ensemble des paramètres concernés :
    le respect du patrimoine – les économies d’énergie – la qualité environnementale.

Un autre objectif du projet RE-Emploi est de dynamiser le secteur de la rénovation durable et de stimuler l’emploi en :

° assurant une sensibilisation et une formation adaptée des professionnels ;
° revalorisant les métiers du bâtiment auprès des jeunes ;
° permettant aux maîtres d’ouvrage (privés et publics) d’accéder aux savoir-faire en matière de rénovation durable du logement.

En encourageant la préservation du patrimoine bâti et la diffusion des pratiques d’éco-rénovation, RE-Emploi vise aussi à assurer, pour le futur, un cadre de vie agréable dans un environnement de qualité. Cette approche multiple n’est rendue possible qu’au travers de la richesse et la complémentarité du partenariat mis en place.

Perspectives : lutter contre la précarisation énergétique au profit du développement durable

On estime à 2.500 € par an la dépense moyenne d’un ménage pour son énergie. Une facture énergétique importante… mais pas surprenante quand on sait qu’en Wallonie 37 % des logements n’ont pas d’isolation de leur toiture, 20 %, soit une construction sur cinq, n’ont pas de vitrage isolant, 71 % n’ont pas d’isolation de leurs planchers et 64 % n’ont pas d’isolation de leurs murs extérieurs. Dans ces conditions, le chauffage est le lieu où les économies potentielles pour les ménages sont les plus importantes. Une rénovation bien menée peut induire jusqu’à 55 % d’économie.

Le budget consacré au chauffage ne fera qu’augmenter avec l’élévation du coût de l’énergie lié à la raréfaction des ressources. La rénovation durable du parc de logements existant est donc un enjeu social important pour éviter fracture et précarité énergétique.




Reportage : Conférence de presse de lancement :

JPEG - 19.5 ko
sur TéléSambre
JPEG - 132.3 ko
sur Canal FM

Portfolio

Documents joints