Auto-rénovation d’une ancienne ferme

vendredi 25 juillet 2014, par Nadine

Share |

Comme l’ancienne ferme est localisée dans une zone de protection de monuments historiques, sa rénovation devait respecter l’environnement d’un point de vue du patrimoine. Par ailleurs, le propriétaire, un kinésithérapeute, passionné par l’écoconstruction, souhaitait la rendre énergétiquement performante. Un double défi dans lequel il s’est lancé avec l’aide de l’architecte Francky Parent.

JPEG - 48.3 ko

« Je suis à la fois certifié en tant qu’architecte du patrimoine et Passive house. C’est via mes compétences dans ces deux domaines que le projet est arrivé entre mes mains.  » Il faut préciser que le propriétaire avait l’intention de réaliser les travaux par lui-même. Le rôle de l’architecte a donc été d’accompagner cet auto-entrepreneur essentiellement par des conseils. « J’ai dessiné notamment les détails de la construction. Sur base de ces plans, je lui explique aujourd’hui, au fur et à mesure, comment les mettre en œuvre. »

Les contraintes liées au fait de partir de l’existant sont loin d’être anodines. Le chantier n’est pas une mince affaire. D’autant que la rénovation doit à la fois respecter la volumétrie du bâtiment (qui est de 344 m2) et son architecture originale, tout en exploitant au maximum le potentiel du lieu.

« Nous avons essayé d’être créatifs dans les solutions, histoire de mettre en place des formules performantes tout en restant accessibles sur le plan financier. » Toutefois, à défaut de bénéficier d’un budget illimité, le propriétaire a évité de se coincer dans des délais trop courts. « Il participe à des foires ou des salons et prend le temps de s’informer. Il est arrivé qu’il me propose des solutions que je ne connaissais pas… » Une curiosité dont les retombées positives bénéficient finalement tant pour le bâtiment que pour l’architecte lui-même.

Et Franky Parent de citer en exemple la mousse expansive Icynène. « Il s’agit d’un isolant qui se place dans une ossature bois en créant « une boite dans la boite  » ». A cela s’ajoute encore des solutions plus traditionnelles, telles que du triple vitrage (Uw : 0.8 W/m².°K), un traitement à l’étanchéité à l’air et une ventilation avec un VMC double flux.

Enfin, dernier challenge et non des moindres, la ferme est située sur une zone sismique. « Nous avons dû renforcer toute la structure avec du béton armé notamment  », raconte encore Francky Parent.

Le chantier a démarré au début de cette année 2014. Le propriétaire, qui exécute donc les travaux par lui même avec l’aide de quelques parents proches, y consacre 3 jours par semaine. La rénovation de la ferme devrait prendre fin en 2015.